•  
  •  
  • Recommander cette page à un ami par e-mail

Vous êtes ici : Accueil - Devenir donneur - Don de moelle osseuse

Devenir donneur : Don de moelle osseuse

Être donneur de moelle osseuse est un engagement personnel fort.
Demander son inscription comme donneur de moelle osseuse doit se faire en connaissance de cause.
Les informations accessibles sur le site http://www.dondemoelleosseuse.fr vous permettront de découvrir et de comprendre l’ensemble des informations essentielles le concernant.

Les informations reprises ci-après sont issues du site http://www.dondemoelleosseuse.fr

qu'est-ce que la moelle osseuse ?

La moelle osseuse est indispensable à la vie. Elle assure la production des cellules souches hématopoïétiques, c’est-à-dire des cellules qui sont à l’origine des cellules sanguines.

La moelle osseuse a un rôle vital dans le fonctionnement du corps humain. Elle est responsable de la formation de cellules particulières, appelées cellules souches hématopoïétiques,
qui produisent l’ensemble des cellules sanguines :
• les globules rouges qui transportent l’oxygène ;
• les globules blancs qui luttent contre les infections ;
• les plaquettes qui arrêtent les saignements.

La moelle osseuse fabrique aussi les cellules de l’immunité, les lymphocytes, chargées de reconnaître et détruire tout élément étranger introduit dans l’organisme.
Elle est présente dans l’ensemble du squelette, et plus particulièrement au niveau des os plats, comme les os du bassin.
Dans certaines maladies, la greffe de moelle osseuse permet de soigner les patients.
Une toute petite partie peut être prélevée chez un donneur compatible dans les os postérieurs du bassin sous anesthésie générale ou par aphérèse,
au moyen d’un prélèvement de sang après un traitement médicamenteux quelques jours au préalable.

La moelle osseuse prélevée se reconstitue rapidement en quelques jours.

Les cellules souches hématopoïétiques se trouvent dans la moelle osseuse, mais aussi dans le sang périphérique (après injection de médicament)
et dans le sang placentaire (appelé aussi « sang de cordon »).
La greffe de moelle osseuse consiste à transfuser à un malade une quantité donnée de cellules souches hématopoïétiques prélevées à un donneur compatible et en parfaite santé.

Différentes pathologies peuvent nécessiter à un moment donné le recours à un don de moelle osseuse pour une allogreffe (ou greffe allogénique : donneur et receveur sont 2 individus distincts).


pour soigner quelles maladies ?

Les leucémies
C’est pour ce type de cancers du sang (hémopathies malignes) qu’on pratique le plus de greffes de moelle osseuse. Il existe deux types de leucémie : aiguë ou chronique.

- La leucémie aiguë
Elle touche environ 5000 personnes par an en France (surtout les enfants et les personnes âgées). Elle est caractérisée par un nombre anormalement élevé de globules blancs dans le sang.

La leucémie aiguë peut être lymphoblastique (LAL) ou myéloblastique (LAM) :
• leucémie aiguë lymphoblastique (LAL) : 18,1% des indications d’allogreffes
Les LAL représentent 75% des cas de leucémies de l’enfant. C’est le premier cancer de l’enfant. Le pic d’incidence survient entre 2 et 5 ans. Le pronostic est aujourd’hui bon.
Dans de nombreux cas, le traitement suffit à guérir la maladie, sans besoin de greffe de moelle osseuse.
• leucémie aiguë myéloblastique (LAM) : 34% des indications d’allogreffes
L’incidence des LAM chez les enfants de moins de quinze ans est inférieure à 1 cas sur 100 000.
La chimiothérapie représente le principal traitement des leucémies aiguës et l’indication de greffe de moelle varie en fonction des résultats de la chimiothérapie.

- La leucémie myéloïde chronique (LMC) : 2,6% des indications d’allogreffes
La LMC est le syndrome myéloprolifératif le plus fréquent, représentant 15 à 20% de tous les cas de leucémie. Son incidence annuelle a été estimée à 1 à 1,5 cas pour 100 000 personnes.
Il existe depuis peu des traitements médicamenteux ciblés (imatinib, dasatinib) donnant de bons résultats. En cas de non réponse, la greffe de moelle osseuse peut alors être indiquée.

L’aplasie médullaire
L’aplasie médullaire est une maladie rare (1 sur 500 000 personnes /an), affectant surtout les enfants ou les adultes jeunes. Elle est caractérisée par un arrêt du fonctionnement de la moelle osseuse. Elle peut être due à une infection virale (hépatite), à une intoxication chimique ou d’origine inconnue. Les résultats de la greffe sont généralement bons.

L’anémie de Fanconi
Une autre indication, rare également (1/350 000 naissances), est l’anémie de Fanconi : maladie génétique faisant partie des syndromes d’insuffisance médullaire héréditaire qui entraîne une défaillance progressive et sévère de la moelle osseuse.

Les déficits immunitaires congénitaux chez les enfants
Le déficit immunitaire sévère du nourrisson (enfants-bulles) : il se caractérise par des infections sévères et récurrentes débutant dès les premiers mois de vie.
L’incidence est de l’ordre de 1/200 000 naissances. La greffe de moelle osseuse est le seul traitement.

La drépanocytose (ou anémie falciforme)
C’est une anomalie héréditaire de la fabrication des globules rouges qui touche particulièrement les personnes originaires d’Afrique et des Antilles.
En France métropolitaine, l’Ile-de-France est la région de prédominance, avec 1 nouveau-né sur 700 atteint. Les indications de greffe sont plus rares.

La β-thalassémie
Anémie héréditaire associée à une déficience de synthèse de l’hémoglobine. Son incidence serait de 100 000 naissances par an pour les formes sévères que l’on rencontre en Asie et autour de la Méditerranée. La France compte 350 à 400 patients. Les indications de greffe sont aussi plus rares.

Le nombre de pathologies pour lesquelles la greffe de CSH est une option thérapeutique est en augmentation. D’autres indications sont en cours d’évaluation dans des essais cliniques : le lymphome malin de haut grade, le myélome, la leucémie lymphoïde chronique, le lymphome de Hodgkin.