•  
  •  
  • Recommander cette page à un ami par e-mail

Vous êtes ici : Accueil

Actualités

Premier prix national pour le CESU 05

Le CESU05 a reçu le premier prix national pour son poster sur la place de la simulation en santé dans la prise en charge de l’AVC en urgence par télémédecine.
C’est au cours du dernier colloque national des CESU, réuni à Nantes, qu’a été mis à l’honneur le travail de l’équipe du CESU05 et du Dr TASHAN dans le cadre de la prise en charge de l’AVC dans un établissement de proximité sans unité neuro-vasculaire.

Enquête Accessibilité

Le Centre Hospitalier Intercommunal des Alpes du Sud (CHICAS) s’est engagé dans une démarche ayant pour objectif de faciliter l’accès des patients à l’hôpital à toutes les étapes de la prise en charge.

Dans ce but, nous avons besoin de votre avis, aussi nous vous proposons de répondre à ce questionnaire anonyme qui sollicite votre appréciation mais également vos attentes et vos besoins vis-à-vis du CHICAS.

Vous pouvez le remettre au plus tard le 15 avril 2018, à l’accueil dans l’urne prévue à cet effet, ou par mail à l’adresse suivante : qualite@chicas-gap.fr, ou le retourner par courrier à l’attention de :
Service Qualité/Gestion des Risques - 1 place Auguste Muret – BP 101- 05007 GAP Cedex

Nous vous remercions de votre collaboration.
Télécharger les documents joints

Murmures, lectures au chevet et chansons à l'oreille...

Un projet proposé par le théâtre La passerelle, scène nationale de Gap, le CHICAS et la compagnie Cassandre à l’Hôpital de Gap

Dans le cadre de ses missions pour favoriser l’accès à la culture pour tous, le théâtre La passerelle et le CHICAS se sont associés pour construire un projet artistique à destination des patients et du personnel soignant de différents services de l’hôpital.

À la demande du théâtre La passerelle, la compagnie Cassandre, dirigée par le metteur en scène et comédien Sébastien Valignat, a imaginé un projet musical et théâtral conçu spécifiquement pour l’Hôpital de Gap.
Cette proposition, intitulée Murmures, lectures au chevet et chansons à l’oreille, prend la forme d’un court spectacle (de 1 à 5 minutes) : chanson, texte, fable à choisir dans un « menu » (préalablement distribué aux patients) et destiné à être offert à un seul spectateur, dans sa chambre.
Accompagné des musiciennes et comédiennes, Jeanne Garraud, Sandrine de Rosa et Mathilde Favier, Sébastien Valignat a conçu cette proposition intimiste comme un moment hors du temps, une petite respiration pour rompre avec l’attente, l’inquiétude, le quotidien organisé et contraint lors d’un séjour hospitalier et faire entrer ainsi une petite bulle de poésie dans l’hôpital.

Ouverture de l'unité de reconstitution des chimiothérapies

Depuis le 25 septembre, l’activité de l’unité de reconstitution des chimiothérapies (URC) est réalisée dans de nouveaux locaux, situés au sein de l’hôpital de jour médical, au 2ème étage du bâtiment B du site de Gap. L’URC est un secteur délocalisé de la pharmacie du CHICAS.
Les nouvelles installations répondent à des contraintes techniques dont certaines s’apparentent à celles d’un bloc opératoire : l’air y est en surpression (l’air « sale » ne rentre pas) et des filtres éliminent en permanence les particules et impuretés, garantissant la pureté absolue de l’atmosphère et la stérilité des préparations. La salle de préparation communique avec les pièces attenantes par quatre sas dotés d’asservissements régulant la circulation des matériels et des personnes : pour l’entrée et la sortie du personnel, pour l’entrée du matériel, pour la sortie des préparations finies, pour la sortie des déchets.
Un isolateur de dernière génération neuf équipe la salle de préparation. Celui-ci est doté de deux enceintes, chacune ayant une fonction spécifique : préparation des anticorps monoclonaux pour l’une et préparation des cytotoxiques pour l’autre. L’utilisation de cet appareil et des équipements environnants est encadrée par des règles de sécurité et d’hygiène très strictes. Les contrôles sont permanents.
L’unité fonctionne du lundi au vendredi de 8h30 à 16h00. Parmi les sept préparatrices en pharmacie formées au travail en URC, deux y sont affectées quotidiennement.
Dans la prise en charge des patients ces nouveaux locaux apportent une plus grande sécurité, une réactivité améliorée et une communication facilitée avec les professionnels de l’hôpital de jour. Elle résout la problématique antérieure du transport des préparations entre la zone productrice et l’hôpital de jour.
D’une manière globale, après quelques semaines de fonctionnement, tous les acteurs concernés sont satisfaits de cette réalisation.

Le label Centre GRACE pour la chirurgie du CHICAS

Le CHICAS vient de se voir décerner le label « Centre GRACE » par le Groupe francophone de Réhabilitation Amélioré après Chirurgie pour l’année 2016-2017. Cette distinction concerne déjà l’activité de chirurgie colorectale, assurée par les Docteurs ATGER, DELACOSTE, NIAMPA et TUDOR. Ce label démontre l’engagement de l’équipe de chirurgie (chirurgiens, anesthésistes, infirmiers, aides soignants, diététiciens, kinésithérapeutes) auprès du patient pour faire réussir la réhabilitation améliorée. Il est le fruit d’une démarche commune de l’ensemble du pôle Chirurgie pour améliorer toujours la qualité des soins. Ainsi, sous l’impulsion des Docteurs PELLEGRINI (anesthésiste), CRAVIARI (chirurgien orthopédiste) et ATGER, un Comité de Réhabilitation Améliorée Après Chirurgie est mis en place pour former, standardiser et généraliser la méthode sur le tout le pôle.

Qu’est ce que le label « Centre GRACE » pour la réhabilitation améliorée après chirurgie ?

La prise en charge, que doit toute équipe médicale aux patients, commence déjà avant l’intervention chirurgicale pour se poursuivre au-delà de la sortie de l’hôpital.
La durée de l’hospitalisation varie théoriquement de quelques jours à plus de deux semaines (en fonction du déroulement des évènements). Au-delà de la surveillance médicale nécessaire et habituelle, le confort de tout opéré pendant cette période est une priorité absolue.
Il est démontré qu’une modification partielle de la prise en charge (avant pendant et après l’intervention chirurgicale) pourrait non seulement raccourcir la durée du séjour après chirurgie, mais aussi réduire le risque de complications générales. Si les conditions personnelles ne permettent pas une sortie rapide de l’hôpital toutes les mesures nécessaires doivent être prises bien avant la programmation de l’intervention pour trouver une solution adéquate.

Ainsi, les mesures mises en place concernent :
- La préparation de l’intervention : le confort de la personne opérée est une priorité absolue
- L’intervention chirurgicale et la technique anesthésique proprement dite : sauf contre-indication la voie coelioscopique sera privilégiée, sinon une péridurale sera mise en place
- La période après l’intervention : soigner dans les meilleures conditions et assurer un meilleur confort post opératoire sont des priorités absolues pendant tout le séjour à l’hôpital.
La participation du patient et son adhésion sont essentielles pour la réussite de cette prise en charge, dont la finalité est l’amélioration de la qualité des soins et la réduction de l’agression chirurgicale. Le patient devient ainsi un acteur principal de ses soins.

Cette technique pionnière permet d’améliorer les suites opératoires, avec une diminution de la morbidité et de la mortalité péri opératoire. Elle permet également, en bénéfice secondaire, de diminuer la durée de séjour et de favoriser les pratiques ambulatoires.

Vous pouvez obtenir des informations complémentaires en téléchargeant la fiche d'information sur la réhabilitation améliorée à partir du lien ci-après.
Télécharger les documents joints